Pratiques journalistiques

« Je » est une marque

08-09-2010

Traditionnellement exclu des rédactions, le « je » resurgit par le biais des journalistes-blogueurs. Ceux-ci se perçoivent comme des marques, identifiables et indépendantes de leur entreprise. Voici l’ère du personal branding…
Auteur : Mathieu Simonson, doctorant en sociologie,
Cellule interdisciplinaire de Technology Assessment (Cita), FUNDP Namur.

Le “Je” resurgit aujourd’hui là où on le tenait pour la chose la plus “haïssable” qui soit (Agnès, 2008) : dans les redactions. Et il apparaît sous une forme inattendue; celle d’un produit manufacturé, d’une marque individuelle (personal brand). Aujourd’hui, de nombreux journalistes-bloggeurs se perçoivent en effet – littéralement – comme des marques, cherchant à être rendues identifiables, indépendamment de l’entreprise qui les emploie.
Le concept de personal branding remonte à la fin des années nonante. Tom Peters, Peter Montoya et Stedman Graham en sont alors les principaux réprésentants. Leur ambition : conduire le travailleur à exploiter, par Internet, les mécanismes permettant d’affecter stratégiquement l’opinion que l’on se fait de lui et de son travail. Il faudra attendre le development du Web 2.0 pour que le concept prenne réellement son envol. Avec l’apparition des
blogs et des réseaux sociaux, la communication de soi – alors qu’elle ne pouvait autrefois se transmettre qu’auprès d’audiences inertes – finit par trouver un écho au sein de publics réactifs ou participatifs.

Lire la version longue de l’article du même titre publié dans Journalistes n°116 (juin 2010)

© AJP 2014 // Association des journalistes professionnels // Maison des journalistes, rue de la Senne 21, 1000 Bruxelles // info(at)ajp.be // A PROPOS/CONTACT