Webdoc

Webdocs, formats longs et financement

21-02-2012

Arnaud Grégoire et Matthieu Lietaert - Photo AJP Les enjeux du webdocumentaire ne sont pas seulement liés à leur forme (écriture et architecture de l’information) mais aussi à leur financement. Arnaud Grégoire (Katch’a!), journaliste, producteur et auteur du webdocumentaire Le bonheur brut, l’expliquait le 10 février lors d’un colloque organisé à l’occasion du 20e anniversaire de l’Observatoire du récit médiatique (ORM) « Les structures de financement actuelles sont fort liées à un type de média et ce n’est pas toujours évident de proposer un package complet pour des soutiens institutionnels. On crée de nouveaux métiers. »

S’adapter et se structurer

La veille, lors d’un autre débat co-organisé par SmartBe et le centre des cultures digitales IMAL, il revenait sur sa première expérience, par ailleurs récompensée par un Prix Dexia de journalisme. « Ce webdocumentaire a été réalisé avec très peu de moyens – je l’ai en grande partie financé et a il a bénéficié d’une aide du Fonds pour le journalisme. C’était le premier webdoc à être diffusé par un média belge (Le Soir, ndlr). Il y a tout un travail de maturation derrière. Il m’a fallu prendre le temps de l’investigation. Et il y a eu plusieurs jours de tournage et de montage. »
Quant aux perspectives actuelles de financement, il estime que « vu l’état dans lequel sont les médias, ils ne vont plus vraiment rémunérer des journalistes pendant des mois pour travailler sur un webdocumentaire. On va, à mon avis, arriver à un système à trois piliers avec des médias qui diffusent et ont accès à l’audience, des annonceurs qui ont les moyens financiers, des journalistes et des producteurs. Le job d’un journaliste ou d’un documentariste, aujourd’hui, est à 50% de chercher de l’argent. Il va falloir s’adapter et se structurer, peut-être avec des sociétés de production journalistiques ou éditoriales à l’instar des sociétés de production au cinéma. »

Solliciter son audience

Webdocumentaire : guide de survie et conseils pratiquesPour Matthieu Lietaert, auteur d’un Guide survie et conseils pratiques pour le webdocumentaire, il faut être créatif pour financer son projet. Il travaille actuellement sur un projet de documentaire et de webdocumentaire (en partenariat e.a avec la RTBF et Arte) sur le thème du lobbying au sein des institutions européennes. « Il faut se construire une audience et la solliciter dans des projets de crowdfunding. Il faut aussi aller voire des ONG, des universités… Et être entraîné au ‘pitching’, qui consiste en la présentation de son projet. Il faut être capable de parler le langage de ces nouveaux partenaires. »

Un pôle webdoc

Au Monde.fr, un pôle dédié au webdoc s’est développé depuis 2007. Il compte 3 salariés et, de 100.000 euros en 2010, son budget a doublé en 2011. Lors des journées du numérique organisées en mai 2011 à l’Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ), Bernard Monasterolo directeur artistique au Monde.fr, expliquait que le travail de ce pôle était axé essentiellement sur des systèmes de navigation innovants. « On développe des produits multimédia montés rapidement. Notre vision n’est pas celle d’un journalisme multimédia intégré même si on milite pour que les journalistes aient la capacité de maîtriser les outils et que l’on encourage les journalistes de la rédaction à le faire. »

Chez Owni.fr

Damien Van Achter et Matthieu Lietaert. Photo : AJP La société 22Mars, éditrice du site Owni.fr finance ses activités éditoriales par des activités connexes de consultance. Owni.fr propose du format long et enrichi par le travail de journalistes, de designers et de programmeurs. « La diffusion c’est un instant parmi d’autres dans un continuum de temps. On fait partie de plein de réseaux différents, on est de plus en plus connecté en permanence. On est typiquement dans une logique de flux et de réseau. C’est entre autres pour ça qu’on a fait le choix de travailler ensemble et, chez nous, les journalistes sont capables de mettre les mains dans le code, dans le cambouis. Moi, je travaille à l’effort de guerre qui permet de financer le média » expliquait Damien Van Achter, manager éditorial à Owni.fr, le 9 février dernier à UCL, lors d’un débat consacré à la pratique des écritures numériques. « Je donne des cours, des formations, j’essaie de faire de la stratégie éditoriale« , ajoutait-il quelques heures plus tard au débat de Smart.be et d’IMAL consacré au webdocumentaire.

L. D.

+ En savoir plus : Voir le débat « Les enjeux du webdocumentaire » (streaming)

© AJP 2014 // Association des journalistes professionnels // Maison des journalistes, rue de la Senne 21, 1000 Bruxelles // info(at)ajp.be // A PROPOS/CONTACT