Actus

Invitation au Gala de la presse

26/09/2017

Au revoir là hautPour la 30ème édition du Gala de la presse, l’AGJPB et ses ailes linguistiques (AJP et VVJ) sont heureuses d’inviter leurs membres affiliés – professionnels, stagiaires, collaborateurs de presse, honoraires, pensionnés actifs, étudiants – à la projection en avant-première du film d’Albert Dupontel « Au revoir là-haut ». Elle aura lieu à 19h30 le jeudi 12 octobre, au Centre culturel de Woluwe-Saint-Pierre (W:halll), avenue Charles Thielemans, 93, et elle sera suivie d’une réception.

Deux places gratuites sont offertes à chaque membre de l’AJP. Envoyez un mail à galapresse@ajp.be en précisant si vous souhaitez recevoir 1 ou 2 places. Le secrétariat de l’AJP vous enverra votre carton d’entrée.

« Au revoir là-haut » d’Albert Dupontel, un film événement en avant-première

Avec « Au revoir là-haut », lauréat de multiples prix littéraires, Pierre Lemaître fait l’unanimité en remportant le Goncourt en 2013. Chef-d’œuvre empreint d’humanité où souffle épique, suspense et sentiments flamboyants se mêlent dans un style aussi précis qu’accessible, le roman enthousiasme des millions de lecteurs à travers le monde.

Cette humanité, Albert Dupontel ne pouvait qu’y être sensible. Car l’acteur et réalisateur français n’a pas son  pareil pour distiller son humour décapant, volontiers provocateur, dans des films où l’humain est toujours au centre des préoccupations, dénonçant les travers d’un monde jamais à court de vilenies. « Bernie », « Enfermés dehors », « 9 mois ferme »…. Autant de réalisations qui illustrent son message de respect et d’ouverture. L’immense succès du dernier lui ouvre de nouvelles portes ? Ce sera « Au revoir là-haut », avec la collaboration au scénario du maître Lemaître. Et comme Dupontel s’entoure toujours joliment, il a comme camarades de jeux Laurent Lafitte, Niels Arestrup, Emilie Dequenne, Mélanie Thierry…

C’est peu dire que le Gala de la Presse est ravi de présenter, en avant-première, l’un des films les plus attendus de l’année ! Pour, sans nul doute, un tourbillon d’émotions au service d’une œuvre littéraire majeure.

G. B.