La nouvelle loi sur la presse adoptée le 19 avril dernier par le Sénat burundais inquiète les autorités belges. Dans la foulée d’une interpellation d’Olga Oga Zrihen (PS) au ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le gouvernement belge a demandé à l’ambassade de Belgique à Bujumbura, conjointement avec les partenaires européens mais également avec la délégation européenne présente au Burundi, de multiplier les contacts avec les responsables burundais pour les sensibiliser à cette question.

Le nouveau code de la presse voté au Burundi constitue en effet une entrave à la liberté d’expression et de la presse, estime l’Union des journalistes burundais et de nombreux opposants pour lesquels l’indépendance journalistique n’est plus garantie, ainsi que l’a souligné la sénatrice, le 25 avril, en séance plénière. « Des modifications légères ont été apportées au texte initial mais demeurent encore insuffisantes pour garantir aux journalistes la possibilité d’exercer leur métier sereinement », a-t-elle encore ajouté.

? Lire aussi notre dossier consacré à la liberté de la presse et aux médias au Burundi