Actus

Tarifs de la pige : enquête 2022

04/08/2022

Les revenus des indépendant.e.s ne peuvent pas stagner plus longtemps !

Tout augmente, sauf les tarifs des pigistes. C’est vrai depuis de nombreuses années mais cette criante injustice est plus flagrante encore ces deux dernières années. Pour 2022, l’inflation devrait être, selon les prévisions du Bureau du Plan, de 8,5% (alors qu’elle n’était que de 0,74% en 2020. Autant dire que tous les prix grimpent à une allure folle et qu’une stagnation des revenus des journalistes indépendant.e.s tend bien plus encore que d’ordinaire leurs finances.

Afin d’avoir une image claire des tarifs réellement pratiqués par les médias (le journalisme étant l’un des rares secteurs où ce sont les clients, les médias en l’occurrence, qui fixent d’autorité les tarifs), l’AJP a organisé une large enquête du 18 mai au 22 juin 2022 auprès de 732 personnes et a obtenu un taux de réponse de 20%.

L’enseignement majeur de celle-ci est que les tarifs pratiqués, comparés à ceux de notre précédente enquête, en 2019, n’ont pour ainsi dire pas évolué. A titre d’exemple, le signe stagne à 0,02 euro à L’Avenir, soit le tarif minimum obligatoire, alors que le tarif recommandé par l’AJP, indexé annuellement se situe actuellement à 0,05 euro le signe.

Autre enseignement principal : 6 répondant.e.s sur 10 gagnent moins de 2.000 € bruts mensuels. C’est avec ce montant que 62 % des indépendant.e.s vivent, cotisent à la sécu, s’assurent, achètent du matériel, se forment, etc. Le tout sans aucune sécurité d’emploi, ni congés payés, ni 13e mois, ni remboursement correct des frais exposés.

Mais le profil de l’indépendant.e journaliste n’est naturellement pas uniforme. Certain.e.s journalistes freelances gagnent bien leur vie, tandis que d’autres, travaillant au forfait mensuel, sont dans des situations de faux-indépendants, ou ne trouvent que des piges ponctuelles qu’ils et elles cumulent (ou non) avec un travail salarié à temps partiel. D’autres encore jonglent avec une indemnité de chômage.

Et si un.e freelance sur deux tente bien de renégocier ses tarifs, c’est souvent sans succès.

Pour vous aider à vous situer et/ou à comprendre en quoi il est plus que temps d’agir collectivement pour revaloriser ce pan indispensable du secteur, vous trouverez ci-dessous l’ensemble des résultats par type de revenus (à la ligne, à la journée, pour certains types de contenus, etc.) et média par média.

Ces tristes constats ne doivent pas demeurer sans réaction. L’AJP mobilise donc actuellement la profession, les indépendant.e.s mais aussi les salarié.e.s, afin de pouvoir, dès la rentrée, appliquer un plan d’actions pour soutenir les revendications élaborées lors des « bars des pigistes » de juillet dernier et du 3 septembre prochain.

En espérant vous y voir nombreuses et nombreux.

Vous trouverez tous les résultats de l’enquête sur notre site. Les tarifs indiqués sont bruts.