Actus

Covid-19 : les mesures prises par chaque rédaction

17/03/2020

Télétravail, rémunérations en cas d’absence, gants en plastique… L’AJP compile ici les mesures sanitaires et organisationnelles prises par différentes rédactions belges francophones. Liste à compléter, grâce à votre aide.

Quelles mesures, dans quelles rédactions, pour permettre aux journalistes de travailler dans les meilleures conditions possibles, en pleine crise du Covid-19 ?

La plupart des rédactions partagent évidemment bon nombre de mesures et de recommandations sanitaires et organisationnelles :

  • Adopter les principes d’hygiène aujourd’hui communément répandus (lavage des mains en premier lieu)

  • Eviter toute proximité physique avec d’autres individus

  • Eviter les présences inutiles sur le lieu de travail

  • Privilégier les contacts téléphoniques et les réunions à distance

  • Instaurer massivement le travail à domicile

  • Augmenter la capacité VPN des serveurs

Si le télétravail est devenu la norme pour un grand nombre de journalistes, voire une généralité pour les équipes de Rossel, il n’est évidemment pas envisageable pour les journalistes qui se rendent sur le terrain. Auquel cas, leurs rédactions ont rédigé des consignes spécifiques (on pense ici à BX1), à consulter ci-dessous.

Même constat concernant les rémunérations maintenues (ou non) pour les journalistes chargés de garder leurs enfants ou de s’occuper de leur proches. Les décisions managériales diffèrent et sont développées ci-dessous.

Voici donc un premier tour d’horizon (le plus complet possible) des mesures adoptées par certaines rédactions belges francophones, telles qu’elles ont été présentées à leurs journalistes. Il sera allongé au fil de vos contributions. N’hésitez pas à nous envoyer les informations nécessaires, spécialement pour les rédactions et les médias ne figurant pas ci-dessous à l’adresse suivante : gilles.milecan(at)ajp.be.

L’Avenir (consignes au lundi 16/03/2020, 22h) :

  • A ce jour, trois situations sont possibles pour les journalistes de L’Avenir : travailler ou télétravailler, être en congé, être malade. “La mise en chômage économique temporaire pourrait être une 4ème situation possible”, indique l’équipe managériale de L’Avenir, dans un email adressé à ses employés. “Nous vous tenons au courant prochainement à ce sujet.”

  • Les écoles et les crèches fermées ne sont “pas une raison valable pour rester à la maison”, estime cette même équipe. “Les écoles doivent en principe fournir une solution. Si le travail le permet, et en concertation avec votre responsable, vous pouvez prendre congé ou recourir aux congés pour raisons impérieuses familiales. Vous avez droit, en tant qu’employé à ces jours de congé (10 jours maximum par an pour un temps plein). Ces jours ne sont toutefois pas rémunérés.”

  • Même position s’il s’agit de s’occuper d’un membre de la famille qui serait malade.

  • Concernant les mesures d’hygiène sur le lieu de travail, L’Avenir cite des recommandations de la médecine du travail : “Aux personnes qui partagent du matériel ou des plans de travail, veillez à désinfecter le poste de travail et les outils utilisés (téléphones, claviers, souris, …). Pensez à aérer un maximum les espaces de travail, bureaux. Dans les sanitaires, fermez la lunette du WC avant de tirer la chasse.”

BX1 (consignes au lundi 16/03/2020, 14h) :

  • Pour répondre aux demandes de celles et ceux qui doivent rester à la maison pour garder leurs enfants (de 3 à 14 ans), BX1 tient compte des critères de priorité suivants : 1/ familles biparentales dont un conjoint travaille dans le secteur de la santé ou la sécurité publique, 2/ familles monoparentales, 3/ familles biparentales. Les journalistes ne devront pas prendre congé, les absences seront payées.

  • Concernant la grille de programmes : certaines rubriques sont suspendues, d’autres sont raccourcies et “les invités plateau sont suspendus jusqu’au 03/04”.

  • Les tâches d’assistant radio, scooter et flash radio sont suspendues

  • Pour assurer le bon déroulement du travail à domicile, BX1 compte procéder à la location d’ordinateurs portables.

  • Il n’y a plus de séances de maquillage. Les présentateurs doivent venir avec leur propre matériel (qui sera remboursé) et se maquiller eux-même.

  • Les postes d’infographistes sont également passés en télétravail.

  • Lors du montage de sujets, les journalistes sont priés de se rendre en salle de montage uniquement pour poser leur voix, puis doivent laisser des indications manuscrites au monteur et quitter la pièce.

  • Les monteurs ne peuvent pas discuter entre eux à l’intérieur des cellules de montage pendant les moments de “standby”.

  • Parmi les recommandations liées à l’usage de matériel : utiliser des micros sans bonnette, afin de pouvoir les nettoyer avec des lingettes après chaque usage, utiliser des petites perches pour tenir les micros, nettoyer les caméras chaque matin.

  • En voiture, lors de tournages : nettoyer le volant, le changement de vitesse, etc.

  • Il est prévu qu’un plan d’affectation des bureaux soit envoyé à la rédaction, avec des modifications éventuelles de semaine en semaine, suivant les absences et les présences.

  • Intensification du nettoyage régulier, particulièrement des outils partagés (claviers, caméras, micros…). “Des kits de nettoyage sont mis à disposition dans des endroits stratégiques. (…) Certains équipement seront strictement personnels (oreillettes…)”, stipule les courriers adressés aux journalistes.

IPM (consignes au dimanche 15/03/2020, 18h) :

  • Les rédactions sont entrées, quel que soit le jour, dans un mode de production « du dimanche », ce qui correspond à un nombre restreint de journalistes au bureau pour mettre en page le journal et assurer la production du contenu.

  • Les mises en pages sont désormais autorisées depuis le domicile, avec au moins un monteur/une monteuse présent.e dans les locaux de IPM, par équipe et par média.

  • Outils suggérés pour les réunions et les échanges d’informations : Slack, Swing.

  • IPM s’engage à augmenter la fréquence des opérations de désinfection.

Belga (consignes au vendredi 13/03/2020, 11h) :

  • Gants jetables disponibles à l’accueil

  • “Toute personne dont la présence physique n’est pas strictement nécessaire dans les bureaux est priée d’installer son lieu de travail dans un endroit différent (à son domicile ou dans un autre lieu). Exceptionnellement, l’employeur contribue de manière unique aux frais engagés à cet effet avec une « indemnité Corona » de 5€ par jour presté. Cette allocation sera versée en même temps que les salaires. Pour les personnes dont la présence est requise, nous prévoyons des repas.”

  • Concernant la garde des enfants, les consignes chez Belga sont les suivantes : “Compte tenu des circonstances exceptionnelles, nous considérons qu’il est acceptable pour vous, en l’absence de garde d’enfants, de combiner la garde de vos enfants avec le télétravail et compte sur votre bon sens dans cette délicate association de responsabilités.”

  • Canaux de communication privilégiés : Google Docs, Google Hangouts, Whatsapp, Slack et Workplace.

Rossel (consignes au jeudi 12/03/2020, 13h) :

  • Télétravail généralisé pour les différentes rédactions

  • Parmi les recommandations sanitaire : éviter de prendre les ascenseurs à plus de deux personnes, interdiction de partager des aliments ou de mettre des aliments à dispositions de collègues, veiller à garder une distance de 1,5 m avec autrui.

  • Les réunions de travail sont limitées à 45 minutes et 8 personnes, si une réunion est organisée dans une pièce fermée.

  • Rossel prévoit une “séparation des binômes, afin d’éviter, dans la mesure du possible, que deux personnes expertes dans une même compétence ne soient malades en même temps.”

  • Le Soir (consignes au lundi 16/03/2020) a pris contact avec les autres rédactions de LENA (partenariat avec sept autres journaux européens), dont des rédactions espagnole, italienne et française, pour connaître leur mode de fonctionnement interne face au Covid-19 et suspendu tous les stages.

 

Notons que la Fédération européenne des journalistes (FEJ) condamne l’attitude de certains employeurs européens (dans le secteur des médias) qui contraignent les journalistes à travailler depuis les rédactions. La FEJ estime qu’au vu de la situation actuelle, la santé et la sécurité des journalistes est sa première priorité :  https://europeanjournalists.org/blog/2020/03/16/covid-19-journalists-must-be-allowed-to-telework/?fbclid=IwAR13VYqtaviox9BRctVva3LuSTctVh56SO_jy7ADsKkOHxMvDvZZEt89LfU

Catherine Joie, Gilles Milecan