L’Association Générale des Journalistes Professionnels de Belgique (AGJPB) est née en 1978 de l’Association Générale de la Presse Belge (créée en 1886) et de l’Union Professionnelle de la Presse Belge (1914). Elle bénéficie du statut d’union professionnelle reconnue. Fédéralisée début 1998, elle chapeaute une association francophone (AJP, Association des Journalistes Professionnels) et une autre néerlandophone (VVJ, Vlaamse Vereniging van journalisten).


Logo AJP

En Belgique, en décembre 2015, 5.535 journalistes sont agréés au titre de journaliste professionnel. Ils sont représentés au plan national par l’AGJPB, Association Générale des Journalistes Professionnels de Belgique, union professionnelle reconnue. Parmi les journalistes professionnels, 2.882 ont demandé leur agréation dans le rôle francophone. Ils sont représentés par l’AJP, Association des Journalistes Professionnels, qui regroupe les journalistes francophones, germanophones et la plupart des correspondants étrangers (590) établis en Belgique. Les journalistes néerlandophones (2.653) sont regroupés au sein de la VVJ, Vlaamse Vereniging van Journalisten.

L’AJP, la VVJ et l’AGJPB assurent ensemble la défense des journalistes professionnels et la promotion de la qualité de l’information. Elles veillent au respect de la liberté d’information et au maintien de conditions de travail correctes pour les professionnels de l’information. Elles fournissent à leurs membres des services collectifs ou individualisés.

En Communauté française, 54% des journalistes salariés travaillent pour les médias audiovisuels, 46% pour la presse écrite. La majorité des journalistes professionnels sont salariés (on recense 24% de journalistes sous statut d’indépendant). La majorité des journalistes sont des hommes : on ne compte que 33% de femmes, ce qui est un des pourcentages les plus faibles en Europe.

Activités et missions

L’AGJPB est active dans la reconnaissance du titre de journaliste professionnel (via la Commission d’Agréation), la négociation de conventions collectives de travail, les relations entre la justice/la police et la presse, la fixation des barèmes pour les journalistes indépendants et, plus largement, toutes les questions qui touchent au statut du journalistes et de questions relatives à la liberté de la presse. L’AGJPB est également présente au sein de différentes instances officielles, où elle défend les intérêts de la profession : Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) de la Communauté française et CSA de la Communauté germanophone, Vlaamse Mediaraad de la Communauté flamande, Conseil pour l’Education aux Médias (CEM) de la Communauté française.

Outre les missions légales et la défense des intérêts de ses membres, l’autorégulation déontologique est le troisième grand terrain d’action de l’AGJPB.