Actus

L’AJP demande un soutien urgent aux journalistes indépendant.e.s

17/04/2020

Il n’est pas certain que tous les médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles survivent à la crise COVID. L’effondrement du marché publicitaire prive la presse écrite de 60 à 80 % de ses recettes pub’ ; les médias audiovisuels souffrent également.

Les premières mesures d’économie ont touché les journalistes salarié.e.s (le chômage partiel est de mise dans de nombreuses rédactions), mais pour les journalistes indépendant.e.s, la situation est immédiatement devenue intenable.

Dès la mi-mars, par mesure d’anticipation et d’économie immédiate, et en raison de l’arrêt de très nombreuses activités sociales (culture, sport, judiciaire, tourisme…) les directions des médias ont diminué, voire mis fin à la plupart de leurs collaborations avec les journalistes indépendant.e.s, avec effet immédiat.

La crise Covid accentue la précarité déjà très prégnante des journalistes indépendant.e.s. Beaucoup, devenu.e.s pauvres du jour au lendemain, seront forcé.e.s de quitter la profession.

L’AJP a écrit à tou.te.s les ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles, des Régions bruxelloise et wallonne, ainsi qu’aux présidents des partis francophones pour solliciter des mesures urgentes de soutien spécifique aux journalistes indépendants de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

L’AJP a chiffré par enquête les pertes cumulées des journalistes freelances. Une estimation prudente – basée sur une sortie de crise en juillet et ‘seulement’ sur 60% des journalistes indépendant.e.s – aboutit à des pertes cumulées de 3,7 millions € (Plus de détails dans cette note).

En outre, l’enquête montre que seuls 35 % des journalistes indépendant.e.s ont recours aux aides « passerelle » : ils rentrent difficilement dans les conditions d’octroi. Quant aux aides régionales, elles ne leur sont actuellement pas accessibles en Wallonie, ni à Bruxelles (contrairement à la Flandre).

L’AJP demande aux responsables politiques :

  • La création d’une cellule de soutien spécifique, avec un budget dédié, pour répondre aux demandes d’aide financière des journalistes indépendant.e.s.
  • L’adaptation des mesures d’aide existantes pour que les journalistes puissent y accéder.

Il ne s’agit pas ‘seulement’ d’aider quelques centaines de professionnels. Il s’agit de préserver le journalisme en FWB. En temps de crise, le journalisme sauve des vies. L’information correcte, sourcée, vérifiée est aussi indispensable que le matériel de protection.

Certains pays, comme le Danemark (5,6 M. habitants), l’ont parfaitement compris : une aide de 22 millions € y a rapidement été dégagée pour soutenir les médias mais aussi les journalistes indépendant.e.s : 75 % de leurs pertes sont compensées (à hauteur de 3000 €/mois max.).

Au plan européen la commissaire Jourova appelle les Etats à procurer une aide spécifique au secteur des médias, qui doit être considéré comme un secteur « vital » en temps de crise.

Le Gouvernement de la FWB devrait discuter des premières mesures de soutien au secteur médias lors de sa réunion du 21 avril.

Annexe : note envoyée aux membres des gouvernements FWB, wallon et bruxellois, ainsi qu’aux présidents de partis.