Actus

Quatre ministres pour les projets de l’AJP

16/09/2019

Logo Fédération Wallonie BruxellesLe casting ministériel en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles est désormais connu. Trois femmes et un homme gèreront les matières qui intéressent l’AJP.

À côté des cotisations de ses membres, le financement des activités de l’AJP se fait en partie en fonction des projets développés. Nos projets reçoivent un financement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Plusieurs ministres seront donc nos interlocuteurs·rices durant cette nouvelle législature.

La première, l’incontournable, c’est la nouvelle ministre des Médias, Bénédicte Linard (Ecolo). Cette Anderlechtoise installée à Enghien, romaniste de formation, est entrée en politique il y a dix ans, au cabinet de Jean-Marc Nollet. Elle a ensuite été échevine, et députée. Elle a participé à la rédaction de la déclaration de politique générale à la FWB et c’est donc elle qui sera chargée de mettre en œuvre son volet « médias » (voir p. 3). Des médias dont elle est un chouïa familière, puisque son père, André Linard, a été le premier secrétaire général du Conseil de déontologie journalistique (CDJ) après une longue carrière de journaliste.

Autre interlocutrice importante : la ministre de l’Enseignement obligatoire. C’est en effet via l’Éducation que l’opération Journalistes en classe est financée depuis près de vingt ans. A ce poste, c’est la socialiste bruxelloise Caroline Désir qui prend les commandes. Juriste de formation, elle a travaillé au cabinet de Charles Picqué avant de s’engager en politique locale et régionale. Elle est échevine à Ixelles depuis 2013 et a été cheffe de groupe au Parlement bruxellois en fin de législature 2014-2019. Elle aussi a une histoire familiale avec les médias, son père ayant été animateur à la RTBF (de l’émission Visa pour le Monde).

La « petite sœur » de Journalistes en classe, JEC Jeunesse, est quant à elle soutenue financièrement par le ministère de l’Aide à la Jeunesse. C’est une troisième femme, la MR Valérie Glatigny, qui assumera cette compétence, avec l’Enseignement supérieur, les Sports et l’Enseignement de promotion sociale entre autres. Valérie Glatigny peut elle aussi revendiquer un lien avec les médias, puisqu’elle a été journaliste en locale avant de travailler pour Louis Michel, puis pour l’ex-journaliste devenue députée européenne Frédérique Ries.

Enfin, c’est Frédéric Daerden (PS) qui hérite du portefeuille de l’Égalité des chances. Les projets visant à promouvoir la diversité dans les médias et à lutter contre le sexisme dans les rédactions passeront donc sur son bureau.