Cette clause permet à un journaliste salarié, quelle que soit sa fonction au sein de la rédaction, de quitter son emploi de sa propre initiative et sans préavis, tout en bénéficiant d’indemnités légales à celles qu’il aurait perçues en cas de licenciement. La clause peut être évoquée lorsqu’un changement de ligne éditoriale est survenue dans le média et que la nouvelle ligne est jugée contraire à sa conscience. La France a inscrit cette disposition dans une loi de 1935. Ce n’est pas le cas chez nous, mais la clause figure dans les conventions paritaires (pour la presse quotidienne et la presse hebdomadaire). Elle stipule que le changement doit être une « modification radicale de la ligne politique, philosophique, ou religieuse » du journal. Dans les faits, cette situation en Belgique est inexistante depuis très longtemps.

Journalistes n°14, mars 2001, Jean-François Dumont