Actus

Crise COVID, le droit passerelle à nouveau au secours des journalistes indépendants

04/11/2020

Depuis le début de la crise COVID, l’AJP vous informe des mesures prises pour soutenir l’activité économique et dont peuvent bénéficier les journalistes indépendants.

Ce deuxième confinement et le train de décisions qui l’accompagne a semblé être un bon moment pour faire le point, d’autant que certaines règles relatives au droit passerelle sont désormais plus restrictives.

Bien que le journalisme et les métiers des médias ne figurent pas parmi les secteurs « obligés de fermer », il est néanmoins possible de bénéficier du droit passerelle. A condition cependant de démontrer le lien de dépendance entre votre propre activité et un secteur « obligé de fermer ».

Cependant, le « droit passerelle corona » et ses conditions d’octroi assouplies par rapport au droit passerelle « classique » n’existent plus. Il est en effet désormais nécessaire de prouver que l’arrêt d’activité de sept jours consécutif est la conséquence de la crise coronavirus. Elle ne peut donc plus être « volontaire ». Cette circonstance peut, notamment, être prouvée par une ou des attestations de la part du/des clients et doit donc mentionner que la raison de la suspension des commandes est la suspension obligatoire d’activités en raison des mesures gouvernementales et/ou régionales et/ou locales.

Le droit passerelle peut également être demandé en cas de quarantaine ou de fermeture de classe, d’école ou de crèche.

L’interruption doit également durer sept jours consécutifs. Néanmoins, s’il est possible d’organiser le travail à partir du domicile, l’allocation sera refusée. Autre condition imposée dans ce cas de figure : que l’enfant dont l’école ou crèche ferme ait maximum 12 ans.

L’allocation s’élève à 1614 euros pour les indépendants ayant charge de famille, à 1291 euros pour les isolés.

Avant tout, l’AJP vous conseille de prendre contact avec votre caisse d’assurances sociales, ses conseils répondront aux particularités de votre situation.

De plus, vous pourrez obtenir, auprès de cette caisse, des informations quant aux reports éventuels de paiement de vos cotisations ainsi que l’annulation d’éventuelles pénalités consécutives au non-paiement de vos cotisations.

Outre le site de votre caisse d’assurances sociales, consultez également celui de l’Inasti (https://www.inasti.be/fr/news/difficultes-suite-au-coronavirus) ou appelez son callcenter (0800.12.018) les jours ouvrables de 8H30 à 12h00 et de 13 à 17 heures (vendredi jusqu’à 16 heures).