1. Mots-croisés


2. Mini quiz de la presse et des médias

Un peu d’histoire
L’AGJPB fête cette année
Ses 125 ans

Le premier présidentd e l’APB (l’ancêtre de l’AGJPB) fut :

Arthur Goemaere

L’AGJPB a donné naissance à l’AJP et à la VVJ en

1998

Le journal La Meuse a été créé en

1856

L’Evêché de Namur est sorti du capital de Vers l’Avenir en

2006

Qui a dit ?
« La rétention d’information est une forme de constipation du savoir »
Théophraste Renaudot
« Rester immobile ne sert à rien. Il faut donc choisir entre progresser ou régresser. Allons donc de l’avant et le sourire aux lèvres »
Baden-Powell
« La politique, chez nous, souffre de passionner davantage les journalistes spécialisés que les électeurs »
Philippe Bouvard
« Si l’on veut gagner sa vie, il suffit de travailler. Si l’on veut devenir riche, il faut trouver autre chose »
Alphonse Karr
« Je trouve que la télévision est très favorable à la culture. Chaque fois que quelqu’un l’allume chez moi, je vais dans la pièce à côté et je lis »
Groucho Marx
Qui est qui ?
Qui est le président du CDJ ?
Marc Chamut
Qui est le porte-parole du Palais royal ?
Aucun des deux
Qui est le directeur général de RTL-TVI ?
Freddy TachenyVrai ou faux ?
En Communauté française, La proportion de femmes journalistes n’est que de 30 %.
Vrai
Parmi les diplômés en journalisme, il y a près de 70 % de femmes.
Vrai
Plus de 3/4 des journalistes professionnels agréés ont un contrat de travail.
Vrai
A diplôme et ancienneté équivalents, un journaliste salarié gagne en moyenne moins qu’un enseignant.
Vrai

Les citations sont extraites de l’ouvrage de notre confrère Stéphane Brabant, La presse en citations, AEEF, 2002.

Commentaires :
15. Vrai. Le journalisme est donc une profession peu féminisée. Mais si l’on considère uniquement les deux premières années de carrière (les stagiaires), les jeunes femmes sont depuis peu un peu plus nombreuses que leurs collègues masculins (57 % en 2011).
16. Vrai. Mais elles n’entrent pas dans cette proportion dans la profession (voir question précédente).
17. Vrai. Il n’y a « que » 23 % de journalistes agréés qui ont le statut d’indépendant. La statistique porte sur les journalistes stagiaires et les professionnels agréés au titre. Les chiffres sont semblables en Flandre.
18. Vrai : en moyenne, les salaires des enseignants sont supérieurs à ceux des journalistes. A nuancer cependant: ainsi à la RTBF et au Soir – à certains moments de la carrière –  les salaires des journalistes sont supérieurs à ceux des enseignants. Mais ce n’est pas le cas dans la grande majorité des médias. La comparaison n’inclut pas les avantages extra légaux.



3. Stress infos_AJP

Etes-vous un(e) journaliste superzen ou guetté(e) par le burn-out ? Calculez votre score et découvrez votre profil.

  • 5 points : 1 A, 2 A, 3 B , 4 A, 5 C
  • 4 points : 1 B, 2 B, 3 D, 4 B , 5 A
  • 3 points : 1 C, 2 D, 3 C, 4 D, 5 B
  • 2 points : 1 D, 2 C, 3 A, 4 C , 5 D

De 0 à 10 points

Vous êtes zen et même plus encore. Les plaisirs de la vie vous sourient et vous ne vous en privez pas. Vous concevez le travail comme un minimum syndical à prester, toujours relax, sans vous énerver. Et qu’on ne vous en demande pas davantage, sinon vous vous planquez ! Le rythme trépidant de l’info n’est pas votre tasse de thé : le magazine, y’a que ça de vrai. Vous, c’est le je-m’en-foutisme complet qui vous guette (si ce n’est déjà fait !). Votre salaire serait-il votre unique motivation ?

De 11 à 15 points

Bravo, vous venez de passer ce stress-infos_AJP avec brio même si, côté motivation professionnelle, vous éprouvez parfois du mal à vous mettre au diapason. Imperturbable, vous gérez votre train-train quotidien en prenant soin de ne pas (trop) laisser votre travail empiéter sur votre vie privée. Râleur / râleuse invétéré(e), votre sens de l’humour est votre meilleur allié. Votre point d’équilibre est cependant fragile : prenez garde à ne pas vous enliser dans la routine ou à devenir un(e) dilettante patenté(e).

De 16 à 20 points

Le stress ? En bon professionnel, vous gérez. Même si les journées ne sont pas assez longues à votre goût, vous arrivez à vous déconnecter de ce métier qui vous passionne. Vous êtes curieux, ouvert et n’hésitez pas à mettre la main à la pâte quand il le faut. Dans ce dernier cas, vos heures ne comptent (presque) pas. Continuez à vous ménager des pauses, ne forcez pas sur le café (mauvais pour l’estomac), essayez de manger sainement à heure (si possible) fixe et vous continuerez sur votre belle lancée.

De 21 à 25 points

Vous êtes un bourreau du travail, disponible 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, vous ne rechignez devant aucun sujet mais y trouvez-vous toujours votre compte ? A ce rythme-là, c’est le burn-out assuré (si ce n’est déjà fait) ! D’ailleurs, ne seriez-vous pas indépendant(e)? Déconnectez-vous, même une toute petite demi-journée, et réfléchissez à la manière de mieux organiser votre temps de travail et, surtout, de mieux prendre soin de vous : ce serait dommage d’y laisser votre santé !