Archives

Charlie Hebdo : locaux incendiés et site web piraté

02/11/2011

Charlie Hebdo- Charia Hebdo
Les locaux de la rédaction de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo ont été la cible d’un incendie criminel, provoqué par un cocktail Molotov, dans la nuit du 1er au 2 novembre. Aucune victime n’est à déplorer mais les dégâts matériels sont considérables. Cette attaque contre l’hebdo satirique, né à la suite de l’interdiction de parution de Hara-Kiri en 1970, a lieu alors que celui-ci publie, ce mercredi, un numéro spécial rebaptisé « Charia Hebdo », avec en couverture le prophète Mahomet (la légende : « 100 coups de fouets si vous n’êtes pas morts de rire ») pour « fêter la victoire » du parti islamiste Ennhada en Tunisie. A cet incendie s’ajoute le piratage du site internet de Charlie Hebdo qui, le 2 novembre au matin, affichait (en anglais) le message : « Pas d’autre dieu qu’Allah ».

L’attaque criminelle contre Charlie Hebdo a été condamnée unanimement dans les milieux politiques et journalistiques. Cités par Le Parisien, le Premier ministre français François Fillon a demandé que « toute la lumière soit faite« . Le ministre de la culture Frédéric Mitterrand parle d’une « attaque intolérable« . Et le directeur du quotidien Libération, Nicolas Demorand, a quant à lui proposé d’accueillir les équipes du journal, « le temps qu’elles trouvent des locaux et des ordinateurs. On se serrera. »

Pour la Fédération européenne des journalistes (FEJ) (lien), « toute attaque violente et criminelle à l’encontre d’un média ou de journalistes est une attaque directe à la liberté de la presse. Il existe des lois et des tribunaux pour ceux qui estiment que c’est nécessaire. Tout autre recours est dangereux et inacceptable car il installe un climat de peur et d’autocensure dans la profession.«