Archives

Plus de 400 convives autour du gâteau !

26/09/2011

Grande affluence et ambiance des grands soirs pour le 125e anniversaire de l’Association générale des journalistes professionnels de Belgique (AGJPB) qui a fêté, le 24 septembre au Résidence Palace. Quatre cents invités avaient répondu présents à l’union professionnelle, qui leur proposait un débat sur le thème « Presse et politique dans l’agitation communautaire », suivi d’une soirée festive.


AGJPB 125 / Photo Belga

François Ryckmans, président de l’AGJPB et de l’AJP. Photo : Virginie Lefour / Belga

François Ryckmans, président de l’AGJPB, et Marc Van de Looverbosch, vice-président, ont introduit la soirée en soulignant le rôle nécessaire des journalistes pour garantir une information de qualité. Un rôle qui doit aussi s’accompagner d’un statut décent : »Editeurs, investissez dans le capital humain ». Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, est ensuite revenu sur les évolutions qu’ont connues les mondes politique et journalistique – qu’il considère comme rivaux – au cours de ces dernières années. Pour Herman Van Rompuy, les médias s’inscrivent aussi dans un registre de l’irrationalité, où l’émotion domine. Un constat qui fut également posé lors du débat entre journalistes des trois communautés : Liesbeth Van Impe (Het Nieuwsblad), Rick Van xauwelaert (Knack), Johanne Montay (RTBF), Catherine Ernens (L’Avenir) et Gerd Zeimers (Grenz-Echo).

Sur le grill du modérateur Philippe Leruth, le politologue Dave Sinardet a reconnu que la presse contribuait à la polarisation communautaire. Mais, se sont défendus les journalistes, l’accès aux sources d’information flamandes est souvent limité lorsque l’on est francophone (« par SMS » pour Catherine Ernens) et vice-versa pour les journalistes néerlandophones. Gerd Zeimers a souligné cette difficulté supplémentaire qu’est la proximité avec le politique, quasi impossible à éviter lorsque l’on travaille pour un média de la communauté germanophone. Les intervenants se sont en outre accordés sur la nécessité de dialoguer davantage entre journalistes des trois communautés. « Un groupe informel existe déjà », a expliqué Catherine Ernens. « Mais il se réunit peu souvent, faute de temps. »

Soutien réaffirmé au Fonds pour le journalisme

AGJPB / Photo Belga

De gauche à droite : Fadila Laanan, Isabelle Wykmans, François Ryckmans, Herman Van Rompuy, Marc Van de Looverbosch et Ingid Lieten. Photo: Virginie Lefour / Belga.

Les ministres des médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Fadila Laanan), de la Communauté flamande (Ingrid Lieten) et de la Communauté germanophone (Isabelle Wykmans) se sont ensuite exprimées à propos du soutien du politique à la presse. A cette occasion, Fadila Laanan a redit son soutien au Fonds pour le journalisme, qui, depuis deux ans, permet le financement d’enquêtes ou de reportages approfondis. La ministre s’est en outre inquiétée du manque de contrôle de médias reconnus sur les espaces de discussions ouverts sur leurs sites : en y constatant les dérives, elle a posé la question du rôle du journaliste professionnel comme modérateur de ce type de forum en ligne. Place a ensuite été faite à la fête avec Les Anchoises et Klezmic Circus côté musique, un buffet de spécialités belges et un bar à trappistes.

A l’occasion de cet événement, l’AGJPB a édité une brochure commémorative. Distribuée gratuitement avec le n°129 du mensuel Journalistes, elle est également disponible en téléchargement via ce lien

» Voir le diaporama de la soirée