Avant 2010, les seuls résultats existant pour la Belgique étaient relatifs aux médias néerlandophones et étaient collectés par l’Université de Gand. En 2010, pour la première fois, l’enquête a également été réalisée en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). L’Association des journalistes professionnels (AJP) a pris l’initiative de réunir un groupe de travail composé de représentants et de chercheurs émanant de divers organismes1 et intéressés par les questions de genre et de médias.

En 2010, l’info gomme une femme sur deux

De façon générale, les médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles2 sous-représentent les femmes :

? 28% des personnes y étant interrogées, vues ou lues sont des femmes. C’est peu, même si c’est 5 points de mieux que la moyenne néerlandophone et 4 points de mieux que la moyenne mondiale 2010.

La plupart des constats posés pour la Belgique francophone s’inscrivent dans les tendances mondiales observées :

Femme Expert

Illustration : Philippe Cruyt

? Dans les médias analysés en FWB, les hard news que sont la politique ou l’économie sont celles où l’on donne le moins à voir les femmes (politique : 26% de femmes médiatisées ; économie : 20%).

? En Belgique francophone comme dans le monde, les femmes sont rarement pré- sentes dans l’actualité en tant que « personne faisant autorité en la matière ». On les cantonne au rôle de vox populi (de 57 à 70%), quand les hommes sont porte-paroles (82% d’hommes) ou experts (73%).

? Dans les médias étudiés en FWB, les femmes ont deux fois plus de « chance » que les hommes d’être identifiées en fonction de leur situation familiale. En effet, 19% de femmes présentes dans les informations sont décrites en tant qu’épouse, fille, mère. Ce qui n’est le cas que de 8% des hommes.

Les médias belges francophones sont largement en deçà de leurs confrères du monde dans la proportion d’informations transmises par les femmes journalistes :

La moyenne belge (29%) des signatures de journalistes et présentatrices se situe en deçà de la moyenne mondiale 2010 (37%). En FWB, les articles et billets rédigés et/ou présentés par des femmes ne dépassent pas 35%. C’est surtout vrai en presse écrite (26%) et en radio (29%).

En 2015, la deuxième édition du GMMP en FWB

Pour l’édition 2015 du GMMP, le groupe de travail s’est enrichi en collaborateurs: de 12 membres, le comité est passé à 19 membres actifs qui se sont investis dans les différentes analyses. Ils proviennent de divers organismes :
• de l’Association des journalistes professionnels (AJP),
• du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA),
• de l’Observatoire de recherche sur les médias et le journalisme (ORM),
• de l’Université des femmes (UF),
• de l’Université libre de Bruxelles (ULB),
• de l’Université catholique de Louvain (UCL),
• de l’ISFSC,
• de l’IHECS.


1. De l’Association des journalistes professionnels (AJP), du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), du Département d’information et communication des Facultés universitaires de Mons (FUCAM), de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), de l’Institut fédéral pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH), de l’Observatoire de recherche sur les médias et le journalisme (ORM), de l’Université des femmes (UF).
2. Le corpus de 2010 comptait 9 médias (Le Soir, La Dernière Heure, Vers l’Avenir Namur, La Première, Bel RTL, Fun Radio, La Une, RTL-TVI, Télésambre).