Le Global Media Monitoring Project (GMMP) est la plus grande étude sur le genre dans les médias du monde entier et la plus grande initiative de « plaidoyer » sur le changement de la représentation des femmes dans les médias. Ce projet implique un très large panel des participants à travers le monde : organisations communautaires, étudiants universitaires, chercheurs, praticiens des médias, etc. Et tous participent sur une base volontaire.

Balance

Illustration : Philippe Cruyt

Le GMMP a été initié lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, organisée par les Nations Unies en septembre 1995 à Pékin. Depuis, tous les cinq ans, le GMMP a analysé la présence des femmes par rapport aux hommes, le sexisme et les stéréotypes dans le contenu des médias d’information, en se basant sur un certain nombre d’indicateurs de genre. La première édition du GMMP (1995) portait sur 71 pays. La participation s’est développée pour chaque GMMP ultérieur en 2000, 2005, 2010 et 2015.

Le Global Media Monitoring Project permet de fournir un tableau détaillé du nombre de femmes et d’hommes qui figurent dans les actualités diffusées à travers le monde à une date précise, des différentes manières dont ils font l’actualité, des rôles qu’ils y occupent, etc. C’est l’objet de la partie quantitative de cette étude. Cependant, les statistiques ne nous fournissent qu’une partie du tableau d’ensemble. C’est pourquoi une partie qualitative vient compléter l’analyse. Cette dernière permet de pointer notamment les représentations stéréotypées des intervenants de sexe féminin et les «occasions manquées» par les médias de faire intervenir des femmes. Cette analyse qualitative de la couverture médiatique permet d’obtenir un tableau plus complet du contenu des actualités et des messages que celles-ci expriment.

De 1995 à 2015

A ce jour, cinq GMMP ont été menés : en 1995, en 2000, en 2005, en 2010 et en 2015. La participation est passée de 71 pays en 1995 à 114 pays en 2015, attestant d’un intérêt croissant pour la question du genre dans les médias et de la volonté de s’engager sur des questions d’égalité des sexes dans les médias.

Le monitorage montre des progrès d’une extrême lenteur : non seulement l’information présente une vue du monde centrée sur l’homme, mais elle est également marquée par les préjugés sexistes et les stéréotypes.

En 2014, la WACC a été mandatée pour organiser la 5e édition du GMMP par les participants lors d’une réunion consultative tenue en 2013. Cette nouvelle édition assure le suivi des progrès pour une représentation juste et équilibrée entre les sexes dans les médias. Le but est de relever et de mettre en évidence les lacunes persistantes dans ce domaine, non seulement dans les médias traditionnels (presse écrite, radios et télévisions), mais également dans de nouvelles formes de médias numériques (Internet et médias sociaux).

L’objectif ultime est de sensibiliser les nouvelles générations de journalistes et les consommateurs de médias, et d’évoluer vers un changement des pratiques.

Pour la plupart des gens à travers le monde, les médias d’information occupent une place prépondérante et sont la principale source d’information, d’idées et d’opinions. Ce sont des éléments essentiels de l’espace public et privé dans lequel les citoyens, les nations et les sociétés évoluent. Une nation ou une société qui ne se connaît pas complètement ne peut pas répondre aux aspirations de ses citoyens.

Le contenu et les sujets apparaissant dans l’actualité et la façon dont les gens et les événements sont présentés ont une grande importance. Ce qui n’est pas montré ou relaté est également très révélateur. Dans le monde entier, les médias renforcent les fondements culturels qui entraînent l’inégalité des sexes et la discrimination à l’encontre des femmes.